Eva « J’ai couru 100 kilomètres en 13 heures et 14 minutes »

evaAujourd’hui j’ai décidé de vous parler d’une des amies qui m’est très chère: Eva. Non-seulement Eva est une personne adorable qui a le coeur sur la main, une amie en or mais en plus c’est une sportive hors-paire. Quand Eva a commencé à courir en Décembre 2011 elle s’y est mise à fond. Très vite elle s’est inscrite au 20 KM de Paris en Octobre 2012 qu’elle a terminé en 1h40, c’est ensuite le marathon qu’elle a réalisé en 4h04 le 6 Avril 2014. On pensait tous que le marathon était en quelque sorte la consécration dans sa vie de runneuse, mais non! ç’en était pas assez pour Eva qui s’est inscrite au 100 kms de Millau (le 27 septembre 2014). Oui, vous avez bien lu, CENT KILOMETRES! Eva revient pour nous sur son parcours, ses motivations, ses objectifs…

Qui es tu? Eva, 27 ans, Responsable Logistique dans une agence événementielle dans la vie, et éternelle rêveuse !

Quels sports as-tu pratiqué? La gymnastique durant 8 ans, la natation durant 1 an, 1 an de handball et 2 ans de danse.

Quand as-tu commencé à courir? En décembre 2011.

Qu’elles étaient tes motivations au départ? Je n’étais plus étudiante et je ne bénéficiait donc plus de « tarif étudiant » pour les salles de sport. J’en avais aussi marre de me sentir enfermée en salle, à attendre après des machines de sport, j’avais envie d’évasion, de liberté… Du coup, un soir de Décembre, alors qu’il faisait froid dehors j’ai mis un bonnet, des baskets, un sweat et j’ai fait mon premier footing de 30 minutes… j’ai adoré cette sensation et depuis je cours tous les jours.

Eva La Parisienne

As-tu un programme d’entrainement? Je cours tous les matins avant d’aller au travail 1h30, qu’importe le nombre d’heure  de sommeil, la fatigue, la journée qui m’attend il me faut cette sortie ! Cette sortie matinale quotidienne m’aide à me réveiller, à me dépenser, à me calmer pour la journée. C’est un geste habituel comme se lever, se doucher, prendre un café… cette sortie fait partie de mon quotidien. J’aime aussi courir le soir en sortant du travail (quandd je ne sors pas), je rentre en courant du bureau à mon domicile (30 minutes). Donc je cours 1h30 ,à 2h par jour en semaine. Et le week-end j’aime me faire le samedi et dimanche 2h de sortie. Je cours entre 09h et 14h par semaine.

Parlons alimentation, que manges-tu pour être en forme? As-tu quelques conseils culinaires? Sincèrement,… pas vraiment. Je mange très bien le matin et le midi. Avant d’aller courir le matin je mange 1 à 2 barres céréales (tout dépend de si j’ai bien mangé au diner ou pas). Je sais combien de calories je brule dans la journée avec le sport. Donc le matin généralement je prends un petit déjeuner qui me permet de reprendre toute l’énergie brulée : 2 bananes pour l’apport en fruits, 4 gâteaux à base de céréales (style BELVITA), 1 laitage si ça passe (comme 1 DANIO ou 1 fromage blanc allégé) et si j’ai encore faim : quelques gâteaux pour le plaisir et pour tenir jusqu’au déjeuner… Au déjeuner je mange soit des raviolis frais (pour les féculents), soit une salade accompagnée d’une petite quiche. Toujours 2 laitages et 1 fruit en dessert : pour bien tenir. Si j’ai faim vers 16h je mange toujours une pomme. Et le soir je mange très léger voire pas souvent… L’idéal quand on court pas mal c’est de toujours reprendre les calories perdues (surtout pour ceux qui ne souhaitent pas perdre de poids et continuer à performer) et de bien avoir dans la journée : féculents, légumes, fruits, laitage et protéines. c’est l’équilibre alimentaire parfait ! Pour ma part, mon gros point faible est que je mange très peu voire pas du tout de viande rouge. Je me retrouve souvent anémiée en fer car lorsque tu cours tu tapes tes réserves en globules rouge. Ces globules sont créés grâce au fer présent dans la viande rouge. Sans globules rouge, l’oxygène circule très mal dans l’organisme et personnellement je le sens tout de suite. Il faut éviter d’en arriver à l’anémie. Il faut donc faire attention au quotidien, prendre des compléments alimentaires pour ceux qui veulent, et se faire suivre par un médecin. Je prends aussi tous les matins après mon footing 4 comprimés de SPIRULINE, une algue verte qui permet d’avoir moins de courbatures. Personnellement, avec 2h de sport par jour je n’ai plus de courbatures : l’effort n’est pas assez important. Mais je sais que la SPIRULINE m’aide beaucoup. Je conseille ce complément alimentaire naturel et efficace. Vous en trouvez chez NATURALIA.

Pourquoi cours-tu? Je cours car je me sens libre et vivante en courant. La course me permet de lâcher prise avec le quotidien : soucis, boulot, stress… j’oublie tout et je me pose. Je pense beaucoup, j’essaye de trouver des solutions à mes soucis. Pendant mes footing je refais le monde, mon imagination travaille énormément, c’est très spirituel comme sport en fait ! 😉 J’aime le fait de me fixer des objectifs à mon niveau et les atteindre. J’aime cette satisfaction, ce dépassement de soi, la sensation d’effort, d’avoir été au bout ! Je partage les valeurs du running: passion, implication, partage et dépassement de soi.

Eva Mudday

Quelle a été ta première course officielle? Les 20 km de Paris sous une pluie diluvienne. Tu étais présente Mel tu te rappelles? 14ème km j’avais la plus belle brochette de soutien: toi, Gaëlle (une amie) et ma mère !

Quelle a été ta course préférée et pourquoi? Mon 1er 100 bornes, le 27 Septembre dernier. Je suis passée par toutes les émotions: des larmes aux yeux, aux éclats de rire. Cette course est une course intelligente, tu dois apprendre à ne pas partir vite, à courir beaucoup moins vite que d’habitude pour ne pas te cramer, en garder sous le pied. J’ai rencontré beaucoup de passionnés durant cette course, j’ai beaucoup échangé en courant avec eux, je me sentais entourée d’inconnus durant mon anniversaire mais qui avaient tant de points communs avec moi et qui me comprenaient. On me demande souvent les même choses: Mais pourquoi tu fais ça ? Pourquoi tu cours autant ? Après quoi cours-tu ? Je ne cours pas par obligation mais pour le plaisir, par nécessité de me dépenser et de me retrouver avec moi-même. Je ne suis pas un OVNI, je suis humaine, comme vous tous 😉 ! Ces 100 bornes permettent vraiment de se retrouver avec soi-même, de se tester, c’était très excitant. Savoir comment mon corps allait réagir, comment j’allais me sentir, quand est-ce que j’allais avoir mon coup de mou.. Pour ma part, jusqu’à la distance marathon, tout s’est très bien passé ! Puis entre le 48ème et le 56ème kilomètre j’ai eu de gros moments de doutes sur ma course et mon défi. Je commençais à être fatiguée, j’avais le cœur qui battait très vite, le parcours était tout en montée, et les courbatures aux cuisses, hanches, fesses commençaient à s’installer… Les larmes aux yeux me sont montées plusieurs fois pendant ces 8 kms : est-ce que j’allais devoir abandonner ? je savais que je ne m’étais pas préparée, j’avais fait mon 1er marathon en Avril dernier en 4h04, je m’étais entrainée à recourir 43 km à Paris peu de temps avant en 3H20. J’avais couru un peu en montage pendant l’été, au bord de mer, dans les vallées du MORVAN pour me tester sur différents terrains pour essayer de bien me préparer. Et puis, comme par magie, à partir de 58-60 kms je me suis senti pousser des ailes. Après 2 barres céréales avalées et une demie POWER RADE tout est repartie (comme Astérix lorsqu’il prend sa potion magique). Mon corps répondais à nouveau et je me suis dit qu’il ne reste plus qu’une distance marathon à faire, que ce n’était pas grand chose. Les encouragements du public, les échanges avec les runners, les arrêts brefs aux ravitaillements, l’aventure… tout cela m’a permis de continuer avec le sourire. Lorsque la nuit est tombée, on s’est retrouvé tous à courir avec les lampes frontales, au milieu des gorges du Tarn, je ne voyais pas grand chose, c’était une véritable expédition, l’aventure ! quelles sensations ! je me sentais vivante, j’avais envie d’arriver au bout pour me doucher et me coucher, c’était la seule chose dont j’avais envie ! En même temps, j’avais envie de continuer de vivre encore et encore cette aventure. Je ne voulais pas que ça s’arrête.J’ai terminé cette course en 13 heures et 14 minutes. 3 jours après ce 1er 100 bornes, j’ai repris la course à pied et je pense déjà aux prochains objectifs et défis. J’ai besoin de me fixer des objectifs sportifs, la vie serait triste sinon.

eva marathon dossard

Un conseil pour ceux qui envisagent de la faire un jour? Je pense que pour réaliser ce genre de course il faut vraiment vivre la course à fond et s’écouter. Écouter son corps, vivre ses sensations fortes !

Quelle course as-tu le moins apprécié? Mon 2ème « 20 kms de Paris » en Octobre 2013. Je me suis claquée l’arrière de la cuisse gauche au 4e km. Partie trop vite, le reste de la course a été une vraie souffrance. J’ai terminé la course en 1h50 sous la douleur.

Prochain objectif? Objectif collectif: entrainer 2 collaborateurs du bureau pour les accompagner au semi-marathon de paris en Mars 2015. Et mes 2 objectifs personnels: les 100 kms de BELVES le 26 Avril 2015 et Marathon de CHAMONIX le 26 Juin 2015. J’ai Hâte!

Eva marathon 2014

Publicités