1 000 kilomètres

article-1000-kilometres-mademoiselle-martinez-2

Aujourd’hui je viens de m’apercevoir que je viens de dépasser le cap des 1000 km en course à pied.

Depuis que je cours j’ai pratiquement TOUJOURS utilisé une application ou une montre, je dois compter sur les doigts d’une main les sorties « non connectées ». C’est d’ailleurs une grande source de motivation pour moi. J’adore pouvoir voir mes résultats post-run, garder une trace de mes sorties et surtout voir l’évolution.

Quand j’ai vu que j’avais dépassé les 1 000 km je me suis dis que c’était l’occasion de faire un bilan sur ma pratique.

J’ai commencé à courir le 27 février 2014: il y 2 ans, 8 mois et 18 jours.  J’habitais encore à Paris et une collègue de travail m’a convaincu de rejoindre sa team pour faire le Mud Day de Paris, il a donc fallu s’entraîner un peu car à l’époque je ne courrai pas du tout et je ne faisais pratiquement plus de sport depuis 2 ou 3 ans. J’ai rejoins la communauté Nike+ et ses runners du soir (au Nike Store Saint Michel le plus souvent). D’ailleurs mon tout premier article sur ce blog traite d’un événement sportif au Nike Store de Saint Michel organisé par le Magasine Paulette: à lire ici . C’était le point de départ de ma vie de runneuse et de blogueuse 🙂

Puis les courses se sont enchaînées…

 

2014

distance: 298,48 km – 49 runs – Distance moyenne: 6,08 km – Durée moyenne: 38,03 min

Courses:

Le Mud Day de Paris

La Color Run de Paris

We Own the Night

mademoiselle-martinez-running-2014

2015

Distance: 192,77 km – 36 runs – Distance moyenne: 5,50 km – Durée moyenne: 38,04 min

Courses:

La Warior Race Corsica

La Color Run de Marseille

Les 10km de Porto-Vecchio

Le City Trail Impérial d’Ajaccio

mademoiselle-martinez-running-2015

2016

Distance: 527,77 km – 66 runs – Distance moyenne: 7,92 km – Durée moyenne: 50,22 min (au 17/11/2016. L’année n’est pas finie … )

Courses:

Les 10 km de Porticcio,

Le Color planet Tour à Bonifacio,

La Corsican Race à Capo Di Feno,

Les 10 km de Porto-Vecchio

Le Trail des Falaises de Bonifacio

mademoiselle-martiez-running-2016

Qu’est ce qui a changé dans ma pratique?

Je me rends compte que j’ai beaucoup plus couru la première année (à Paris) que la deuxième (En Corse). Ce qui est drôle c’est de voir qu’entre la 1ère et la 2e année, la durée moyenne de mes sorties est exactement la même: 38 minutes. En revanche en 2016 j’ai clairement passé la 2nde, enfin surtout ses derniers mois où je prends beaucoup plus de plaisir à courir, mais surtout à courir régulièrement.

J’ai découverts le plaisir de courir en montée alors qu’avant je détestais ça. Aujourd’hui même si ça reste difficile, j’ai un réel sentiment de satisfaction lorsque j’arrive en haut d’une montée.

Avant je regardais surtout le nombre de kilomètres parcourus et ma vitesse, aujourd’hui je regarde surtout les terrains sur lesquels je cours, le dénivelé et les paysages, et il faut dire qu’en Corse on est gâtés!

Avant j’écoutais des musiques rapides et entraînantes pour courir (The Eye of the Tiger par exemple), aujourd’hui je préfère les musiques douces et apaisantes (Strange Birds par exemple), voire pas de musique du tout..

 

Je relativise un peu mon « exploit » quand je vois que ma meilleure amie Eva en est déjà a plus de 3 000 km juste pour l’année 2016! Qu’est ce qu’elle m’impressionne! On ne joue pas dans la même cour 🙂 Mais ça ne retire rien à ma satisfaction personnelle que j’avais envie de retracer dans cet article.

Ce qui est sure c’est que bien que mon histoire avec la course à pied ai commencé relativement tard, je pense qu’elle ne s’arrêtera pas de si tôt. Courir seule, entre copines, en entrainement en club ou même en compétition, j’apprécie de plus en plus chacun de ses aspects… même si je crois que j’ai un petit faible pour les run en solo qui permettent vraiment de se retrouver face à soit même.

Ce que j’aime dans la course à pied c’est que ce n’est jamais gagné d’avance. A chaque sortie on repart du kilomètre zéro sans savoir où nos jambes nous emmèneront. Et puis le corps, l’état d’esprit et l’environnement sont changeant. Il y a  des jours ou on se sent lourd, lent, on a chaud, on a froid, il faut donc en permanence, non pas faire abstraction de ses données, mais les intégrer et courir en conséquences (ou ne pas courir d’ailleurs). Dans mon cas par exemple je n’ai jamais autant couru que ces deux derniers mois, même si j’ai clairement senti une progression le mois dernier, je sens maintenant le revers de la médaille, je suis fatiguée, je sens que j’ai besoin de repos. J’ai du mal à le prendre car la tentation est grande. J’ai envie d’aller courir tous les jours. Mais ne dit-on pas que le mieux est l’ennemie du bien?

Rendez-vous à mes 2 000 km parcouru pour faire le prochain bilan !

 

Et vous depuis combien de temps courez-vous? 

 

 FB TWbulle2

 cropped-banniere-mademoiselle-martinez-juin-2016.png

Publicités