[RÉCIT DE COURSE] Bike And Run d’Ajaccio 2016

Suite à une mauvaise manip, cet article à été supprimé après sa rédaction.

J’ai l’habitude d’écrire mes récits de course quasiment tout de suite après la course histoire de rester au plus près de mon ressenti personnel. Il me sera donc difficile de détailler correctement cette course mais je vais essayer de la réécrire avec un an de retard …

Pour faire court et parce que cette course remonte maintenant à plus d’un an, je dirai que j’ai beaucoup aimé me prêter à cet exercice en binôme avec Marion.

Il s’agit d’une course en binôme avec un vélo pour 2. Mais attention les deux participants doivent monter au moins une fois sur le vélo. L’épreuve se déroulait en 3 boucles et demie. A chaque fois qu’on repassait sous l’arche de départ on devait le vététiste devait changer.

Cette course c’était son idée, moi je ne fais jamais de vélo et d’ailleurs je me suis vite rendu compte lors de nos entrainements (3 en tout et pour tout) que je manquais cruellement de puissance pour réussir à gravir des montées à vélo alors que Marion elle la puissance c’est son dada (prof de judo). En ce qui concerne les descentes Marion n’aime pas trop ça alors que moi ça m’éclate! ça me rappelle un peu le ski. J’aime ce moment où tu ne sais pas si tu vas te ramasser mais tu prends quand même un plaisir fou à dévaliser la pente.

En tant que binômes 100% féminin nous devions faire 3 tour et demi (contre 4,5 pour les 100% mixt et 100% masculin). Marion est donc partie seule faire son petit tour correspondant et « et demi » avec les autres vététistes pendant que nous, les coureurs nous attendions gentiment que notre binôme arrive. Cette première petite boucle permet de fluidifier le trafic. Quand Marion a eu fini sa petite boucle et qu’elle a passé l’arche, elle m’a laissé le vélo et s’est mise à courir. Je me suis lancée tant bien que mal dans la première montée mais à la suivante je lui ai laissé ce plaisir.

Le premier tour s’est plutôt bien passé. Nous avons fait le 2e tour de la même façon que le premier, dans les grosses montées elle roulait, je courrais. En revanche pour le 3e tour Marion a voulu me laisser le vélo pour que j’essaie une grosse montée… Malgré ma bonne volonté je me suis retrouvée coincée au milieu d’une montée et j’ai du lui redonner le vélo. Je me suis remise à courir et pour la première fois sur une course j’ai eu le souffle coupé. Marion m’a posé une question, je n’ai pas reussi à repondre. Finalement nous avons dévalé la grosse descente elle en courant moi en vélo pour la 3e fois et nous sommes arrivées juste à temps pour le spuntinu 🙂

Autre point sur lequel j’étais revenu dans mon article initial (malheureusement disparu) c’était le cadre. Nous avons évolué au milieu de vignes magnifique dans le domaine Peraldi avec également un joli point de vu sur la montagne et des couleurs automnale et un soleil généreux malgré le mois de décembre.

Publicités